Nos 7 randonnees en famille dans les Dolomites

Je vous ai parlé de notre périple dans les Dolomites, ce lieu mythique des Alpes! Et qu’ y a-t-on fait majoritairement ?? De la rando ! Vous ne vous en doutiez pas 😉 C’est le paradis de la via ferrata et de l’escalade aussi, mais nous nous y sommes pris à l’arrache pour préparer et je n’ai pas pris le temps de chercher des topos. La place est limitée dans le van, alors j’ai préféré ne pas prendre de matos cette fois ci (qu’un petit bout de corde au cas où…), ce sera l’occasion de revenir 🙂

En terme de randonnée, il y a l’embarras du choix !! J’ai utilisé un livre Kompass que j’avais acheté il y a 15 ans en Italie : 100 randos dans les Dolomites. Je prenais les petites cartes aux offices de tourisme, et c’était largement suffisant pour ce que l’on faisait.

A la grande question, laquelle choisir , c’est difficile de répondre… On les a toute aimées ! Avec un petit moins pour celles à l’alpe di siusi et le lago coldai, mais elles sont chouettes quand même. C’est surtout que les autres sont splendides ! 😀

Maintenant place au récit de chacune de ses randos ! J’ai mis une photo de la trace GPX (que j’ai donc, si vous la voulez, je peux vous les envoyer, mais il n’y a rien de difficile à trouver…). J’ai utilisé le site RandoGPS.net pour faire la visualisation. Les distances, dénivelés et durée sont ceux que l’on a mis approximativement. Je ne suis pas très assidue sur ma montre, alors souvent j’oublie de l’éteindre, de la rallumer, etc… Le temps est celui hors pause.


Alpe di Siusi, l’alpage entre les pics

La première randonnée de notre séjour, car elle est géographiquement de notre côté, proche de Bolzano 😀 . L’accès est un peu compliqué au début à comprendre… Il y a une route d’accès, mais elle est interdite de 9h à 17h. Il faut prendre le téléphérique d’un côté ou de l’autre de l’alpage à l’aller et au retour, ou sinon se garer là-haut avant 9h et repartir après 17h…

De l’arrivée du téléphérique, nous avons choisi de nous diriger vers le piz Ridel. On a coupé au travers des prés, qui sont des pistes de ski. Le piz étant un peu loin, on a ensuite rejoint l’autre côté de l’alpage direction l’hotel Panorama, pour revenir en coupant un peu avant la remontée de Spitzbühl.

Ce sont de grands chemins faciles. Cela doit être bien à explorer en VTT d’ailleurs, car peu pentu. Cet alpage est entouré des pics acérés. Cela doit être splendide, malheureusement, on ne les voit qu’à travers les nuages…

J’ai moins aimé cette rando, car on reste sur un domaine de ski… et je n’aime pas ça 😐 Marcher sur les pistes c’est moins mon truc.


Découverte de l’Alpe di Siusi

Distance : 11,5km // Dénivelé : ~ 330m // Durée : 3h30


Le Lago Coldai, au pied de la Civetta, muraille de 1km de haut !

Celle-ci fut la dernière randonnée de notre séjour ! Nous avons pris le télécabine depuis Alleghe sur les 2 tronçons pour nous rendre au col dei Baldi. Une rapide descente nous amène jusqu’à un col sans nom…, de là on attaque la grimpette jusqu’au refuge Coldai. La montée est un peu raide. Elle se fait très bien, mais ça monte tout du long ! Le refuge est juste à une quinzaine de minutes avant le lac.

Le lac est parfait pour se reposer, pique-niquer et même se baigner pour certains 😀 (pas nous !) Les garçons préfèrent rester glander, pendant que nous partons explorer le chemin plus loin pour admirer la face Nord de la Civetta, paroi de 1000 m de haut. Elle est belle mais finalement moins impressionnante que d’autres montagnes des dolomites.


Le lago di coldai, au pied de la Civetta

Distance : 9,2km // Dénivelé : ~ 570m // Durée : 3h30


Le tour du Sasso Piatto, muraille rocheuse

Les 2 montagnes situées à l’extrémité de l’Alpe di Siusi sont majestueuses et splendides : le Sasso Piatto et le Sasso Lungo. Il est possible de faire le tour du sasso piatto, du sasso lungo ou des 2 ! Il est également possible de monter au sasso piatto en marchant, mais le terrain est compliqué, et la partie sympa serait à faire en via ferrata. Nous ne sommes pas équipés, donc ce sera pour une autre fois !

Le tour du Sasso Lungo est un peu plus court que celui du Sasso Piatto (annoncé 3h vs 5h), mais vue l’orientation de la montagne, une très grosse partie de la randonnée se déroule à l’ombre de la montagne elle-même. Immense paroi à nouveau. Tout cela a fait que l’on a choisi le tour du Sasso Piatto !

Nous nous évitons la montée jusqu’au col « Saslonch » (je ne me rappelle plus le nom…) en empruntant la remontée mécanique (je ne sais pas comment s’appelle ce type de cabine !) Claustrophobe s’abstenir ! L’arrivée au refuge est magique ! Le refuge est situé entre les 2 montagnes du sasso piatto et lungo et ce défilé offre des sensations de haute montagne géniale ! Mes photos ne rendent pas cette impression car nous sommes au cœur de la roche. Elle nous entoure.

Il faut quitter ce lieu pour attaquer la randonnée : grande descente entre les parois jusqu’au refuge Vicenza. Le contournement du sasso piatto commence ensuite par un bon chemin. On traverse des champs de chevaux, on a de belles vues sur l’alpe di siusi. L’itinéraire est parcouru mais cela ne dérange pas vraiment, jusqu’à arriver au refuge du sasso piatto. Là, il y a vraiment trop de monde… Le retour jusqu’à notre point de départ se fait sur un bon chemin à nouveau, mais il est très parcouru. Ce n’est pas non plus le plus beau passage (clairement c’est le début de la rando) .

Au final, une rando un peu longue sur la fin qui est surtout splendide au départ. Finalement le tour du Sasso Lungo est peut être aussi bien… Mais ne faites pas le « grand tour » car vous rateriez la partie entre les parois qui est la plus belle pour moi.


Le tour du Sasso Piatto

Distance : 15.8km // Dénivelé : ?? (la montre s’est perdue) // Durée : 4h30


Le sommet du Piz Boe, un 3000m !

Je ne connaissais pas cette montagne, mais en la voyant en « vrai », me suis dit qu’il fallait y monter ! La rando est annoncée ok malgré quelques passages cablés. On dort au pied du téléphérique sur le parking (on a fait comme ça, dès qu’on pouvait). Le départ de la rando se fait donc par le téléphérique pour s’éviter à nouveau la grimpette. Il y a du monde, mais avec le COVID, c’est normal et correct. 30 minutes d’attente et on s’envole ! La vue est splendide rien que du haut du téléphérique.

On attaque cette randonnée par la descente jusqu’au refuge Forcella Pordoi, arrivée de la montée à pied ! On continue jusqu’au pied de la montée vers le Piz Boe lui-même. Pause avec une vue sur la belle marmolada, la civetta, et d’autres réjouissances des dolomites! La montée ne nous pose pas de difficultés mais nécessite de passer par des passages cablés. La file indienne commence… Des personnes sont moins à l’aise et ça bouchonne… Oups. Il y a du monde partout sur les montagnes. On arrive au sommet où il y a un refuge (!!), déjà ça c’est étonnant ! Un refuge au sommet… Mais pourquoi ?? Ensuite c’est la foule. Il y a un monde horrible, et on traverse en se tenant la main pour ne pas se perdre… Vous imaginez ?? Clairement, c’est terrible. On s’écarte sur une arête qui est la fin d’une via ferrata, et on retrouve tout de suite plus de calme.

On descend tranquillement jusqu’au refuge Boe qui est fermé pour travaux, avant de reprendre le chemin du retour jusqu’au téléphérique. C’est la première rando du séjour, je veux économiser les petites jambes ! Et là, l’arrivée au téléphérique nous est fatal pour le monde… On devra faire la queue pendant 1h40 avant de redescendre. Oups. J’ai d’ailleurs vu dans la presse italienne, que cette queue de téléphérique était le symbole de la sur fréquentation des dolomites l’été.

Cette randonnée est splendide, mais à parcourir plus hors saison pour éviter la foule, qui gâche un peu le plaisir. 


Le sommet du Piz Boe

Distance : 6.8 km // Dénivelé : 550m // Durée : 3h


Objectif Lago di Sorapis, la turquoise au milieu du cirque mineral

Les photos du lac de Sorapis m’ont fait envie. Je suis influençable ! 😀 La météo était chafouine l’après midi, nous sommes partis tôt pour essayer de rentrer tôt. Nous sommes partis du col de 3 croci. Le chemin est simple vers le lac car il n’y a quasiment qu’un chemin qui va dans cette direction. (@lalykorneilletrée en a trouvé un autre cependant 😉 ) Il faut environ 2h de marche sur un chemin très bon au début, puis qui a des passages plus escarpés et même certains sont câblés. Pas de difficultés pour nous, mais il faut être attentif et personnes sujettes au vertige, ce n’est pas trop pour vous je pense.

On arrive au bord du lac de Sorapis, situé à 5 minutes du refuge.  Et là, c’est beau ! La couleur de l’eau, le cirque tout autour, les derniers névés. On prendra le temps d’en faire le tour tranquillement, avant de boire notre traditionnel Cappucino accompagné d’un Apfel Strudel au refuge ! Le retour se fait par le même chemin.

Bref, le lac est superbe et mérite la randonnée. Et pour une fois, qu’il n’y a pas de remontée mécanique et que seul l’effort permettra d’admirer le lac, il faut en profiter !


Objectif lago di sorapis

Distance : 14.7 km // Dénivelé : ~ 800m // Durée : 4h30


Le tour des 3 cime, le symbole des Dolomites

Les 3 cime sont ces 3 dents que l’on voit de loin. Drei zinnen en autrichien, ce sont les mêmes. Qui dit symbole, dit foule… Cela ne rate pas ! Il y a un parking au pied de la rando qui fait le tour des 3 cime, mais l’accès y est payant. C’est 30 € pour 24h. Ca fait grincer ! On a choisi d’arriver vers 17 h pour avoir une place pas trop pourrie sur le parking et de randonner le lendemain pour quitter la zone avant 17h. On a eu une place classique (pas de belle vue :-/ mais d’un autre côté, il faisait moche et froid 😀 ).  3° la nuit, les frileux ont eu froid !

On choisit de faire le tour classique des 3 cime (qui prend environ 3h) pour se laisser le temps de fureter à droite à gauche, et on ne part pas sur la rando de 5 à 6h qui ajoute de la longueur (celle qui passe autour du Monte Paterno). Le chemin est une autoroute. Il y a du monde, mais dès qu’on se décale un peu du chemin, on est tranquille. Cela ne nous a pas trop gêné du coup.

Il y avait des cordées qui tentaient l’ascension de la cima grande et orientale. Voir leur progression nous plonge dans l’histoire de l’escalade et dans les récits qu’on a pu en lire. Les 3 cime di lavaredo sont un lieu mythique pour la grimpe. De ces montagnes qu’on rêve de voir (comme l’Eiger que l’on a déjà vu, et je rêve du Cervin là !). On arrive à s’approcher du pied de la face nord, et on voit toute la difficulté de cet escalade. Pour les novices, la couleur jaune sur les photos sont des parties déversantes, car l’eau ne s’y écoule pas.

Bref, on en prend plein les yeux de ces montagnes !


Tour des 3 cime

Distance : 12 km // Dénivelé : 550 m // Durée : 3h30


Sentiero Bonacossa, Cadini di Misurina, rando via ferrata ambiance montagne

Pour terminer, notre dernière rando se situe dans le massif qui fait face aux 3 cime, au-dessus du lac de Misurina, dans les Cadini di misurina. Nous sommes montés par le télésiège de Misurina jusqu’au refuge du col de Varda. La randonnée traverse ensuite ce massif avec plusieurs choix possibles : on peut faire la traversée complète jusqu’au 3 cime, ou descendre dans chaque « vallée » ou faire une boucle vers le refuge de départ en grimpant un col… Il y a pleins de possibilités , mais ce secteur se mérite ! Les randonnées sont limites de la via ferrata. Nous avons fait le sentiero Bonacossa.

Nous n’étions pas équipés via ferrata, mais nous avons encordé les garçons : chacun de nous tenait un enfant. En cas de chute de notre part, bien sûr on l’emporte, c’est le principe de l’encordement en montagne… Mais si lui glisse, on le retient. Sur notre parcours, on n’a pas trouvé nécessaire de mettre de point d’assurage entre nous pour protéger une chute de nous, adulte.  Tout ça pour dire, que ce chemin n’est pas accessible à tous : il faut avoir le pied montagnard et/ou les équipements de sécurité adéquats !

Ensuite ce parcours est sublime ! On adore « mettre les mains » en randonnée, et là on a été servi ! Une ambiance minérale à souhait, avec des vues sur le lac de Misurina, sur les 3 cime, sur la tofana rosa … Nous avons arrêté notre parcours au refuge Fonda Savio au col dei toci pour descendre à pied jusqu’au lago di Misurina. La descente n’est pas exceptionnelle par rapport à ce que l’on a vu avant, elle est assez raide.

Bref, une randonnée / via ferrata aux paysages et à l’ambiance grandiose ! 


Sentiero Bonacossa, Cadini di Misurina

Distance : 11 km // Dénivelé : ?? (la montre a merdé) // Durée : ~ 4h


Ces quelques randonnées donnent un aperçu des beautés des Dolomites ! J’espère que cela vous aura inspiré ! N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour plus de précisions, ou autres !

Pour épingler cet article

Un commentaire :

  1. Bravissimo. Un rêve partagé. Très très beau. Continuez ainsi, vous êtes sur la bonne pente…

Laissez nous un petit mot, ca nous fait super plaisir !