5 jours de chien de traineau en laponie finlandaise

Après vous avoir parlé de l’aspect plus logistique de notre voyage en laponie finlandaise en mars dernier : le raid à chien !! Mais avant de rentrer en immersion, je voulais rappeler que nous n’y étions pas avec les enfants. Avec Monsieur, nous connaissons les conditions un peu dures, être dehors pendant plusieurs jours sans confort : nous aimons ça ! Ce que je vais vous raconter est mon ressenti avec mes expériences passées. Nous sommes un peu sportifs mais pas non plus à faire que cela… Voilà pour l’introduction, je vous laisse profiter du récit !

Hetta Huskies

J’avais trouvé des retours positifs sur la ferme qui m’a incité à aller chez eux (sur le blog EnRoute ! – où vous verrez un de mes chiens Nakat avec moins de poils !!- et puis après chez Je Papote, dont je vous ai parlé au dernier article). Et je vous le confirme, ils sont très biens ! Les chiens ont l’air heureux. Ils ont l’air d’apprécier tirer et courir. Mais ce qu’ils aiment par-dessus tout ce sont les « cuddles » (= câlins en anglais ) !!

La ferme propose toute une gamme de balades en traîneau, de la simple visite de la ferme à notre « safari » de 5 jours. C’est la plus longue distance qu’ils proposent (après ce sont des expéditions qu’ils peuvent aussi organiser). Tout le monde y trouvera son bonheur !

Nous avons réservé en direct auprès d’eux, par mail puis virement bancaire. Comme on me l’a demandé, le tarif était alors de 1 775 €/ adulte (hors aérien). Mais ce tarif peut évoluer, le plus sûr est de regarder sur leur site. Il n’y a eu aucun souci. Je vous conseille juste de réserver assez tôt, car les places sont prisées ! Pour nous 2, j’ai réservé en septembre pour le mois de mars. Pour une personne seule, vous pouvez plus facilement vous glisser dans un groupe je pense.

Leur site internet

Nos 8 jours dans le grand nord

Jour 1 : Nous sommes arrivés tôt le samedi matin, et je vous ai déjà parlé de notre journée dans le précédent article avec les activités à faire à Hetta.

Jour 2 : Le vrai Jour 1 du séjour ! Les guides nous épargnent le réveil aux aurores pour nourrir les chiens, pour que l’on récupère du voyage. Du coup, c’est caresse party ! 😀 Les chiens dans la ferme sont séparés entre les mâles et les femelles/jeunes. Les mâles sont accrochés à une chaîne, ce qui leur permet d’avoir plus d’espace de vie chacun, et de s’habituer à se sortir les pattes quand elles sont coincées dans l’attelage sur le traineau. Les femelles sont dans des petits enclos.

Luke nous explique comment marche un traineau… En fait c’est facile ! Il y a les deux patins à l’arrière sur lequel on est debout ; les chiens avancent tout seul et il faut surtout ne jamais lâcher le frein, que l’on actionne avec le pied. C’est donc un équilibre à trouver avec le passage d’un pied sur l’autre pour réussir à freiner correctement (surtout dans les virages et dans les descentes !). On y arrive très vite ! Les chiens suivent le traineau de devant à la trace. La guide étant la première, c’est différent pour elle !

Nous voilà partis pour notre première journée ! L’excitation est à son comble ! C’est parti pour 30 km ! Au début, il y a beaucoup d’échanges de chien pour « équilibrer » les vitesses de chaque traineau pour que le groupe se suive tranquillement, sans un plus lent et d’autres plus rapides.

On traverse nos premiers marécages, forêts, lacs. Le paysage est déjà très beau ! On suit les chemins de moto-neige. Dans les montées, il faut aider l’attelage en courant derrière. Mais attention, vous courrez avec des chaussures 2 tailles trop grandes, avec tout l’attirail c’est bibendum dans la neige 😀 . Vous pouvez également aider en faisant comme de la « trottinette » , ce qui est beaucoup moins fatiguant (mais dans les montées, mieux vaut courir).

Pause du midi dans un chalet (mökki) au bord du lac. Les piques niques seront tous similaires : soupe garnie, sandwich au pain nordique, thé (ou chocolat ou café) et un biscuit sec.

Le chemin retour se passe très bien. On trouve nos marques à faire du traineau. On arrive à regarder le paysage tranquillement ! Les 30 km passent vite. Les chiens font environ du 10 km/h, donc cela représente en gros 3h. Je n’avais pas pris de montre, et j’ai perdu toute la notion du temps là-bas ! Même mon horloge estomac était complètement déréglée 😀

Le soir, on aura une présentation par notre guide Julia sur les risques du froid… Gloups, heureusement qu’on n’est pas en plein février ! Il faut vraiment se protéger et des gelures peuvent arriver super vite et pas que aux températures extrêmes. On aide ensuite à ramener les chiens qui partent sur les petites boucles pour les tours opérateurs, puis repas dans notre beau kota ! Sans eau, mais avec l’électricité, le logement est confortable ! Chauffé avec le feu central, où on fait également cuire la nourriture. L’eau chaude arrive quand même par Thermos ! 😀

L’intérieur du kota

Puis le soir, en revenant des toilettes (car oui, il faut toujours ressortir du chalet d’habitation pour aller aux toilettes … Quand il fait -15°, il faut se motiver !) , je vois les aurores qui commencent à danser ! Une heure plus tard on est encore en train de les admirer ! A minuit, on se résoud à aller se coucher pour être en forme le lendemain.

Jour 3 : C’est le jour du départ ! Après notre petit dèj au porridge (à manger tous les matins !), on prépare les sacs pour notre départ. Il n’y a pas grand-chose à prendre, car tout est sur nous 😀 J’exagère… on remplit à peine un sac de 40 l avec nos affaires et un autre avec le duvet grand froid. On prépare une omelette « arctique » 😀 (C’est moi qui l’appelle comme ça). C’est une omelette que l’on met dans un ziploc et elle sera transportée comme ça, du coup, dehors elle congèle et elle sera cuite au bain marie 2 jours plus tard !

Le porridge

Nos traineaux sont chargés avec des pains de viande pour les chiens. Tout est congelé, ça se transporte bien !  Des croquettes, des jerricans pour transporter l’eau. Nous n’aurons jamais à porter l’eau, car il y a avec nous une guide en moto-neige. C’est très pratique pour ouvrir la route, et avoir pleins d’affaires et aller chercher l’eau pour le soir ! Cela renforce la sécurité aussi pour les endroits délicats…

On est parti à travers à nouveau les marécages, puis la forêt. On s’arrête pique-niquer … au milieu du chemin ! On fera toujours comme cela. Et d’ailleurs pour faire pipi au cours de la journée, et bien il n’y a pas d’arbres… Donc voilà, faut pas être prude ! 😀 (et aussi rapide, car ça gèle !!) . Les portions suivantes sont assez techniques, des virages plus serrés, des descentes un peu raides… Pfiou, c’est du sport finalement !

On arrive sans encombre au logement qui est luxueux pour nous !! Chauffage et surtout … douche !! (La première depuis notre arrivée en laponie). Ce sera the douche du séjour !

Le chalet luxe !

Mais avant d’en profiter, il faut s’occuper des chiens. L’arrivée du soir est toujours pareil : on attache les chiens à une chaîne et ils ont chacun leur place. Certains sont à 2, d’autres seuls. Ensuite, on leur met une petite couverture (enfin pour celles qui tiennent…) et un peu de paille par terre. En même temps il faut préparer les portions de viande et couper à la hache les pains de viande ! Le repas commence par une soupe, mélange de croquettes et d’eau chaude. Les chiens doivent prendre l’habitude de la manger en moins de 3 minutes (pour ne pas que cela gèle). Ils ont chacun leur technique : l’un renverse l’eau en tenant la gamelle dans sa gueule, l’autre sort les croquettes avec sa patte ! Il y a 10 gamelles, 35 chiens. Donc c’est chacun son tour. Ensuite, chaque chien a un bout de viande gelée. Et voilà , ensuite ils peuvent dormir !

Pour nous douche (oui, il faut en reparler, car c’est l’unique !!) puis repas au restaurant / station service /supermarché (c’est l’unique bâtiment, il fait tout !). On se régale ! Et ensuite, soirée aurores à nouveau ! Moins éclatante que la veille et il fait froid, et un chien est malade devant moi (je me suis installée avec eux). Du coup je rentre prévenir, puis m’endors alors que tout le monde parle !

Jour 4 : Je me lève tôt pour aller nourrir les chiens. Superbe lever de soleil sur le lac voisin. Je découvre pourquoi on dit « ça pique » quand il fait froid … Il fait – 25°, les poils de nez gèlent et quand on respire « ça pique » le nez 😀 . Tous les cheveux (ou poils , mais il n’y a que des filles !) qui sortent du bonnet, gèlent. Le repas du matin des chiens est une soupe avec de la viande (qui a décongelé la nuit dans la cabane !). C’est plus rapide du coup ! On ramasse aussi les crottes de chien, pour laisser une place correcte. C’est pas pénible à faire car elles sont toutes dures et congelées ! Elles sont mises dans un sac poubelle, et emmenées dans la remorque de la moto-neige.

On revient ensuite petit déjeuner (porridge !), ranger les affaires, puis enlever les couvertures, récupérer la paille, finir de ramasser les crottes et former les attelages (en amenant les chiens un par un à leur place)… Il faut 2h entre le repas des chiens et le départ, qu’ils aient le temps de digérer. Cela passe vite.

Aujourd’hui, c’est le « toundra day ». Le paysage de forêt boréale (taïga) que l’on avait avant, va laisser place au désert blanc de la toundra. Pour y arriver, il faut monter un peu en altitude pour que la végétation disparaisse. Il y a 7 bosses à gravir aujourd’hui… C’est fatigant ! Mais mes chiens sont extras 🙂

Mon leader est d’une force incroyable : Japp (prononcez Yap), son acolyte Ouzo est le petit et costaud ! J’ai ensuite Benji, trop mignon qui veut que des caresses. Mes costauds du fond (pour ce jour-là) sont Nakat, le plein de poils qui aiment aucun autre chien 😀 et Peanut, qui est trop mignon aussi ! Mes chiens me portent jusqu’en haut, j’essaie de les aider le plus que je peux en courant à côté du traineau (qu’il ne faut jamais lâcher !). Ils sont bien plus endurants que moi !! Le paysage est magique. Le désert blanc. On en prend plein les yeux ! Une vue … à perte de vue. C’est sublime, on se croit sur une autre planète ! Etre en traineau ajoute de la magie, car la traversée se fait avec peu de bruits, à un rythme lent. Whaouh !

Le temps passe sans que je m’en rende compte. Je n’ai plus aucune notion du temps et je profite simplement de ce qui m’entoure. C’est le début de la communion avec la nature là ! La seule chose qui nous rappelle que l’on avance ce sont les bosses ! Elles se succèdent et ça y est on a passé la 7e !

Maintenant, 15 km avant le chalet. Je pousse pas mal pour aider les chiens à finir et je vais prendre le rythme de les aider un peu tout le temps en fait… (sauf quand il faut les freiner !). On arrive sans encombre au chalet du soir. Rituel du soir pour les chiens. Avec la fatigue on trouve qu’il fait froid ! On a chaud en rentrant dans la cabane, ha bien oui il fait –2 ° 😀 . Le poêle est très efficace et la pièce se réchauffe dans la soirée. Retour à 0° le lendemain matin au réveil ! Mais ça va on est habitué. Notre guide cuistot Laurin nous régale encore ! Je m’endors encore vite , la journée au grand air, ça crève !

Jour 5 : Le « big day » ! 55km à parcourir. Je suis dehors à 6h30 pour nourrir les chiens. Il fait froid, mais moins que la veille : la météo est plus nuageuse.  Le départ est sonné après le rituel du matin . Je tiens mal mon frein au démarrage, les chiens se mettent tous à tirer d’un coup et je tombe à la renverse et mon traîneau se carapate ! Ca commence bien… Plus de peur que de mal, pas de chiens blessés ni de dégât.

Le trajet du jour est le chemin inverse de la veille à travers la toundra, mais il faut rajouter 10 km pour aller à une autre cabane. Il faudra donc aussi refaire les 7 bosses dans l’autre sens… Notre expérience sera complètement différente, car aujourd’hui c’est tempête de neige ! On n’y voit rien … L’autre expérience de la toundra ! Je suis contente d’avoir eu le paysage la veille, car là ça fait un peu apocalyptique ! Mais au moins il ne fait pas froid. On traverse la tempête assez rapidement (ben oui, il ne faut pas traîner là-dedans quand même). On fera une pause quand le temps se sera calmé : un snack pour les chiens (un glaçon avec 3 croquettes !), un thé pour nous. On arrive ensuite dans la neige poudreuse. Impossible d’aider les chiens. J’essaie mais manque de me vautrer car en voulant pousser à un pied, je n’ai pas trouvé « le dur » et j’ai sombré complètement avec les bras en l’air accrochés au traineau. Les chiens eux s’en sortent très biens et cela leur redonne un regain d’énergie. En fait je crois qu’ils ont adoré ! Après j’ai dû les freiner tout le temps… On expérimente un demi-tour de groupe car le chemin voulu était trop poudreux. Il s’agit alors de faire faire demi-tour à chaque attelage à tour de rôle et « les derniers seront les premiers » (c’est cadeau la chanson dans la tête 😀 ) . Car oui, on ne se double pas. Chacun garde sa place et on freine si on va trop vite.

On traverse un grand lac au milieu duquel on voit le panneau « Norway : 11 km ». J’adore ! Au milieu du lac : des panneaux ! Notre route se poursuit au travers d’un paysage plus taiga, car nous avons laissé derrière nous la toundra. On attaque une dernière bosse qui est assez costaud ! En fin de journée, je réussis à marcher derrière le traineau (et non plus courir ). On vient d’assister à un coucher de soleil sublime. On attaque la descente à fond les ballons ! J’ai besoin des deux pieds sur le frein pour réussir à freiner suffisamment ! Un dernier lac à longer et on arrive à la cabane du soir à la nuit. Le rituel du soir se fait à la frontale et pas sous les aurores car il y a des nuages :-/ .

On rentre dans la cabane, il y fait froid. J’allume le téléphone pour appeler les enfants : 21h15 ! Pfiou sacrée journée !! Le feu arrive à prendre, mais avec la fatigue, le repas à 2° se fera sous les couvertures  ! On se régale à nouveau de poisson et même d’une bière et des bonbons finnois à la réglisse !! La nuit a bien réchauffée car le réveil se fera à 12° dans la cabane !!

Jour 6 : Dernier jour du raid, retour à la civilisation !

Il fait à nouveau beau : j’enlève une couche de T shirt (je n’ai plus que 4 couches de vêtements !). Le début de la journée se fera sur une piste de ski de fond un peu monotone à mon goût. Il fait plus chaud, j’ai un chien, Ouzo, qui n’est pas très en forme. J’essaie de les aider le mieux que je peux, car lui ne tire plus. Quand Japp s’arrête, le traîneau s’arrête !

La pause du matin se fera dans un refuge sur la route avec des chamallows grillés au feu ! mmh ! On poursuit avec un nouveau paysage féérique : celui des arbres meringués par la neige. C’est magnifique ! Un peu tard en saison pour qu’ils soient complètement figés mais c’est déjà très beau ! On monte jusqu’à un kota qui est merveilleux au milieu de tous ces arbres !

On plonge ensuite vers le lac d’Hetta. 10 km de traversée du lac pour terminer ce merveilleux voyage. On se sent alors privilégié d’avoir pu vivre une telle expérience. Cette dernière traversée appelle à la contemplation et j’ai plutôt une once de nostalgie, car cela sent la fin. Je ne veux pas arrêter de faire de la trottinette moi !

Il faut malheureusement rentrer. Dès l’arrivée à la ferme, on retombe au moment d’un groupe, il faut vite vite ranger les chiens, pour laisser la place disponible pour les attelages qui arrivent. Pfiou rapide retour à la réalité !

Après une série de câlins aux chiens, nous sommes ramenés à l’hôtel dans le centre de Hetta. Retour à la civilisation : douche (la 2e !), électricité et sauna !! Le sauna n’est pas mixte. Du côté femme, on se fera reprendre par une allemande et il faudra le faire « à la finlandaise » (=nue). C’est très sympa comme lieu : il y a des petites filles qui s’amuse à me verser de la neige sur les pieds dans le sauna ! Pour la douche froide entre le sauna, on va dehors et on s’allonge dans la neige ! 😀

On ne sortira pas regarder les aurores ce soir-là, trop bien au chaud et un peu nostalgique de la fin qui approche.

Jour 7 – 8 : Activités libres, nous avons choisi d’aller se balader comme j’en ai parlé dans l’autre article. Le soir, une dernière chasse aux aurores nous illumine notre dernière soirée ! Il est déjà temps de rentrer.

Ce voyage a été fabuleux, dépaysant au possible. Je ne peux être que dithyrambique à son sujet et je ne peux que vous conseiller d’y aller. Je ne voulais pas faire un séjour multi activités, où la relation avec les chiens et la nature est plus rapide, on ne prend pas assez le temps. C’est pour cela que j’avais choisi un long séjour chien, et j’ai été servie ! C’est exactement ce que je voulais.  On a le goût du « j’en veux encore » car c’était trop bien, pas à cause de la frustration de n’avoir qu’effleuré l’activité. Alors vous partez quand ??

10 commentaires

  1. Ça avait l’air vraiment super cette expédition ! Et les chiens sont trop beaux <3

  2. Oh la la ça doit être une expérience tellement dépaysante ! J’imagine des journées exténuantes, de froid et de concentration pour bien manœuvrer le traîneau et les chiens.

  3. superbe voyage !! et quel enthousiasme dans ton écriture : ça donne trop envie !!

    par contre UNE douche dans la semaine (si j’ai bien compris) : c’est un peu juste je trouve ^^

    • Arthur et Thibaut

      Ouiiii c’était trop bien, je resigne de suite et j’abandonne à nouveau les garçons sans hésitation (#mereindigne) .
      Et pour la douche, dans le froid, c’est pas gênant, on transpire (presque) pas ! 😉

  4. Quelle expérience extraordinaire. C’est un rêve de petite fille que je n’ai pas encore réalisé, mais je sais que je le ferai un jour. 4 jours, ça doit quand même être dur physiquement.

    • Arthur et Thibaut

      C’était aussi un de mes rêves. Ce n’est pas si dur que ça physiquement…Si t’es motivé, il n’y aura pas de souci pour toi je pense !

  5. ça a l’air très chouette mais -25° et 1775 euros, il va falloir de la préparation psychologique et des économies !

    • Arthur et Thibaut

      Je trouve qu’on supporte bien le -25… Après on y est pas resté toute la journée, alors cela change tout…
      Pour le coût, c’est une grosse somme à sortir, mais en y réfléchissant, cela fait 220 euros /jour en pension complète et avec les chiens, le matériel, les guides… j’ai trouvé que ça valait le coût en tout cas !

Laissez nous un petit mot, ca nous fait super plaisir !