Voyager depuis son canapé #5

Nous voici reparties pour un tour ! On aime toujours lire et vous proposer de vous évader depuis votre canapé (ou votre lit si vous préférez…) par des propositions de lectures. Pour mémoire, nous sommes 4 blogueuses à vous proposer chaque trimestre une sélection de lectures, qui permettent de s’évader et de découvrir le monde par la lecture.

Si vous les avez ratés, les derniers opus étaient  :

  • Voyager depuis son canapé #1, ici même
  • Voyager depuis son canapé #2, chez Martine
  • Voyager depuis son canapé #3, chez Tiphanya
  • Voyager depuis son canapé #4, chez Mitchka

Si vous avez des lectures à nous conseiller, n’hésitez pas à nous les donner (en commentaires ou sur les Réseaux sociaux).

Venons-en à nos nouvelles propositions :

Tiphanya avec Mes petits plats faciles

Hana est une jeune femme qui se retrouve très souvent seule le soir quand son mari est en déplacement professionnel.  Elle doit alors se préparer à manger rien que pour elle. Elle adore manger, elle adore cuisiner, mais elle aime beaucoup moins le faire pour juste une personne. Enfin, ça dépend du soir.
Chaque chapitre est un repas préparé et savouré par Hana. Il y a de tout, des repas minutes au micro-onde, des plats qui rendent nostalgiques, des restes transformés. C’est toujours simple et cela donne terriblement envie de faire la même chose chez soi.
Mes petits plats faciles est un manga. Et donc sans jamais quitter (ou presque) l’appartement de Hana, c’est un voyage au milieu des saveurs japonaises qui nous est proposé. Et malheureusement il faudrait passer des heures à arpenter les épiceries asiatiques et revoir plusieurs habitudes pour pouvoir faire les mêmes recettes. Disons qu’en France rares sont ceux qui congèlent le riz… Cependant il est tout de même possible de juste saliver ou d’essayer quelques recettes. Je vous en déconseille quand même la lecture l’heure précédent un repas.  

Martine avec Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

Sylvain Tesson n’en n’ai pas à son premier coup d’essai dans le récit de voyage. Mais c’est le premier que je lis. Dans ce livre, il nous embarque dans ses rations de survie pour passer 6 mois d’hiver dans une cabane en bois (pas au fond du jardin mais sur les rives du Lac Baïkal).

Il nous raconte, jour par jour, ce qui lui arrive, ou ce qui n’arrive pas. On le suit dans sa découverte d’une vie réduite au plus simple : couper du bois, lire, marcher, boire de la vodka. On pourrait croire que c’est ennuyeux à mourir, et quelques fois ça l’ai, mais il lui arrive de rencontrer du monde.

Ce qui m’a plu c’est l’introspection et l’attention du détail forcées : sans télé et sans internet, on vit la vie de l’auteur en même temps que lui, et on profite de chaque description et chaque commentaire de ses lectures qui pourraient paraître ennuyeux pour découvrir ce coin encore tranquille du globe, ainsi que sur son moi intérieur.”

Mitchka avec Fairyland d’Alyssia Abbott

J’ai un peu triché ce trimestre car ce livre ne traite pas vraiment de voyage, mais j’avais envie de vous le présenter car c’est mon gros coup de cœur de ce début d’année

L’histoire se déroule dans le quartier d’Haight Ashbury dans le San Francisco des années 70 / 80 (vous conviendrez que rien que la mise en situation est un voyage tout de même). Pendant vingt ans, nous suivons le duo magnifique que forme le poète Steve Abbott et sa fille Alyssia.

On ouvre le livre en sachant que l’histoire est vraie, que c’est une (auto)biographie, et chaque ligne n’en est que plus forte.

Alyssia Abbott narre ici son enfance au côté d’un père déboussolé par la mort de sa femme, mais déterminé à élever sa fille seul tout en assumant son homosexualité. Elle trouve le ton juste pour raconter, sans accabler personne ni embellir la réalité : un exercice d’équilibriste dans un texte très personnel.

La jeune fille se cherche dans les rues de San Francisco, puis au bord de la Seine, elle essaye de comprendre qui est elle, d’où elle vient, à quel univers elle appartient ; comme tous les jeunes gens. Sauf qu’Alyssia est née dans un contexte quasi inédit dans les années 70, et que le monde dans lequel elle a grandi – son Fairyland – va rapidement être dévasté.

A travers ces deux vies, il y a l’Histoire de la communauté homosexuelle américaine qui s’écrit, celle de l’épidémie du sida, de l’évolution des normes sociales. Et, entre les lignes, se dessinent une Histoire de la littérature américaine et de la ville de San Francisco.

Un texte puissant, et sûrement nécessaire pour ne pas oublier tous ces hommes et femmes morts du sida dans l’incompréhension générale. C’est un livre bouleversant, qui vous amènera surement à pleurer comme un bébé … en tout cas, moi j’ai pleuré comme un bébé !

Moi avec Incurables de Lars Kepler

 

Pour terminer avec plus de légèreté, je vous emmène dans la noirceur suédoise !:-)  Très fan des polars nordiques, je ne connaissais pas Lars Kepler (c’est un pseudo qui représente un duo d’auteurs). J’ai donc découvert l’univers de Joona Linna, avec cette histoire. L’histoire se passe en suède avec un héros finlandais (ça change tout !). L’intrigue se déroule bien (même si on devine un peu avant la fin ce qu’il va se passer, si on aime beaucoup les polars…), elle est très prenante et on a du mal à lâcher le livre. Insomniaque, ne comptez pas dessus pour vous endormir ! On y découvre une facette noire de la suède. Après d’autres lectures d’intrigue suédoise (Camilla Läckberg, Henning Mankell), la face sombre de la Suède est troublante. Sa voisine norvégienne n’a quasiment pas de criminalité alors que la Suède parait avoir toute la criminalité possible. Trafic de drogue, d’être humain, crimes sordides… Sympa le programme ! Pourtant, malgré tout, cela me donne envie d’y aller faire un tour pour découvrir ce fameux archipel de Stockholm !

 

 

Connaissez-vous l’un de ces livres ou auteurs ? Qu’en avez-vous pensé ?

10 commentaires

  1. Oui dans cette collection (Actes sud noir) c’est en général très léger et joyeux !:p

  2. J’ai quand même une préférence pour la légèreté donc c’est surtout Tesson qui me tente bien dans vos propositions.
    Par contre j’avais lu un polar nordique (suédois ?) qui m’avait beaucoup plus : les aventures d’une journaliste suite à une attaque à la bombe d’un futur stade olympique. En principe c’est une série, je voulais lire la suite car j’appréciais beaucoup l’ambiance, la ville, mais ma bibliothèque n’avait que le 1er tome.

  3. Hahahaha!! Mitchka, tu m’otes les mots de la bouche!! Ils ont encore une fois tous l’air bien ces livres! Mitchka ton roman est sombre mais il donne quand même envie de le découvrir!

  4. chouette sélection et variée en +

    j ne connais pas encore les polars nordiques

  5. C’est bien Virginie que tu aies trouvé un ouvrage léger pour amortir le pathos de mon livre ^^

Laissez nous un petit mot, ca nous fait super plaisir !